A;L Kitenge, le destin se forge

Série d'interview sur le succès

Au courant de cette semaine j’ai eu l’honneur de rencontrer Monsieur AL KITENGE LUBANDA, entrepreneur, stratège économique et consultant qui a pris beaucoup de plaisir à partager son éxpérience acquise au fil des années dans le domaine des affaires et  n’a pas caché son desir profond de voir les entrepreneurs congolais réussir d’où son rôle de mentor pour beaucoup de jeunes entrepreneurs. Il donne dans cette interview de valeureux conseils pour connaître le succès dans une économie actuellement dominée par les étrangers.

 

JULKA : Pouvez vous nous dire en quelques mots qui est A.L KITENGE ?

A.L KITENGE : Je suis un enfant congolais né d’une famille ordinaire, dont le père était employé à la GECAMINES et la mère femme au foyer. Une bonne ménagère pleine de valeurs qui m’a  élevé avec beaucoup d’amour vu que j’étais venu après 13 ans que mes parents ont passé sans avoir d’enfant, 5 ans plutard ils ont eu ma petite sœur pendant que d’autres familles avaient 10 enfants à l’époque. J’ai fait mes études à l’école de MUTOSHI que je considère jusqu’aujourd’hui comme la meilleure du pays, elle était constituée des élites du Katanga et j’ai passé le concours avec 97%, un record qui n’a jamais été battu jusqu’à ce jour.

Dans cette école il m’arrive les meilleures choses du monde, j’apprends auprès des meilleurs enseignants déjà vu le fait que j’étais le fils d’un employé de la GECAMINES je ne payais pas de frais. Aussi j’accédais à toutes les infrastructures de l’école (dizaine de terrains de foot, de basket, de handball et 2 salles de gymnastique hyper équipées), je me donnais dans toutes les disciplines et je connaissais tous les équipements de gym mais je choisis le karaté. A 15ans je suis champion olympique, 18 ans champion de ma province et à 27ans champion du Congo de Karaté.  Après l’école secondaire j’ai fait des études d’ingénieur à l’université de Lubumbashi qui m’ont permis de commencer à travailler à la MARSAVCO, filiale du groupe UNILEVER, c’est là que commence ma carrière internationale dans le secteur privé. Carrière qui m’a donné un regard différent, raison pour laquelle depuis une vingtaine d’année j’ai créé des entreprises l’une après l’autre et aujourd’hui je dirai que je suis à la retraite parce que j’ai choisi de me consacrer au développement humain, inspirer la jeunesse, lui donner des moyens, développer des outils et donner de l’impact à un niveau plus élevé que ce soit dans les institutions, des organisations non gouvernementales, des sociétés ou des pays.

 

JULKA : Vous êtes aujourd’hui sollicité un peu partout à travers le monde, quels sont les défis auxquels vous avez fait face pour y arriver ?

A.L KITENGE : Les défis de discipline, c’est le plus important je crois. Savoir commencer une chose, tenir le coup jusqu’à ce qu’on y arrive, savoir se corriger, reconnaitre ses fautes, ses erreurs et respecter les autres.

 

JULKA : Beaucoup disent que le système économique  de notre pays ne permet pas aux entrepreneurs locaux de connaitre le succès, n’empêche il y a quand même ceux qui réussissent. Quel est selon vous cet élément qui sépare ceux qui réussissent de ceux qui échouent ?

A.L KITENGE : Je crois que notre environnement ne donne pas des opportunités faciles, parce que  pendant que les gens se plaignent les indiens et les libanais se font de l’argent. Le problème des congolais et des africains est qu’ils ne veulent pas se mettre ensemble, ils veulent agir seuls et ont pour résultat de petites opportunités qui produisent de petits résultats. Il faudrait qu’ils se mettent ensemble pour gagner ensemble parce que plus grandes seront les opportunités, plus grands seront les bénéfices. L’ampleur des projets apporte l’ampleur des bénéfices

 

 

JULKA : Quelle est votre plus belle expérience en tant qu’entrepreneur ?

A.L KITENGE : Ma plus belle expérience en tant qu’entrepreneur est d’aider constamment  les autres entrepreneurs à réussir, partager mon expérience. Créer des entreprises satellites qui se développent, je pense que c’est la chose la plus gagnante

JULKA : Quels sont les éléments que doit disposer un entrepreneur congolais pour connaître le succès ?

AL KITENGE : Il doit avoir les compétences nécessaires pour y arriver dans son secteur. La capacité de fédérer d’autres compétences autour de soi pour avoir une pluralité de la vision. Il faut avoir beaucoup de  discipline, et c’est la raison pour laquelle je dis très souvent aux politiciens d’arrêter de mentir les gens et les pousser  à travailler, bosser sans cesse car rien n’est gratuit

 

JULKA : Vous êtes un grand modèle pour beaucoup, quel conseil donneriez-vous aux lecteurs désireux de changer les choses dans leurs différents milieux ?

AL KITENGE : Apprenez à travailler ensemble, prenez le risque. Seul vous aurez l’impression d’être seul, isolé, avoir peur mais lorsque vous prenez le risque à plusieurs vous pouvez miser sur de petits montants et faire plus grand.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *